Aujourd'hui l'économie - Aujourd'hui l'économie - Pourquoi le plan de relance est un exercice périlleux

100 milliards d’euros pour relancer l’économie française. Le Premier ministre Jean Castex détaille ce jeudi 3 septembre son plan de relance en conseil des ministres. L’efficacité est-elle garantie ? Cette question de l’efficacité, du résultat, hante tous les gouvernements en prise avec les conséquences désastreuses du Covid-19. Car la précédente crise mondiale, celle de 2008-2009, a démontré à quel point la relance était un exercice délicat, au succès très aléatoire. La zone euro a mis dix an

  • Play Speed:
Content Keywords: économie économie française premier ministre Conseil des ministres plan Jean Castex
00:00:00
100 milliards d'euros pour relancer donc l'économie française le premier ministre Jean Castex va détaillée aujourd'hui son plan en Conseil des ministres et on en parle dans aujourd'hui l'économie. Bonjour Dominique gaillard. Bonjour Nathalie l'efficacité dentelle plan Dominique est-elle garantie écouter cette question de l'efficacité du résultat est lente tous les gouvernements en prise avec les conséquences désastreuses du covit parce que la précédente crise mondiale celle de 2008-2009 à démontrer à quel point la relance c'était un exercice délicat au succès 13 aléatoire la zone euro Annie disant à s'en sortir et encore avec des exceptions comme l'Italie. La péninsule a été laminer par le covit alors qu'elle n'avait pas encore retrouvé son niveau d'activité d'avant la crise de la dette depuis on a compris qu'il fallait donc un effort massif et suivi dans la durée pour éviter de casser la reprise comme l'a fait la politique assez d'austérité.

00:00:59
Pro des à Bruxelles l'autre enseignement de 2008 c'est le besoin de coordination au niveau mondial, cela avait été fait au niveau du G20 à Dominique le plan français, évite-t-il les écueils précédent alors regarde du bon temps débloquer par rapport à la richesse nationale, c'est 4 fois plus que lors de la précédente, c'est donc un effort conséquent mais encore bien loin des Dépôts, je ne dépense fait par exemple par les États-Unis la France consacre 9 % de son produit intérieur brut au soutien de son son économie en zone euro, c'est en moyenne 6 pourcents et bien aux États-Unis, c'est déjà à 13 pourcents du PIB l'autre handicap de ce plan français, c'est l'absence de coordination international avec le conflit entre la Chine et les États-Unis l'élection américaine bien sûr qui se profile impossible de trouver une zone pacifier pour articuler la reprise au niveau mondial en revanche l'Europe cette fois a réussi à se mobiliser et à sortir de sedum pour soutenir un effort collectif.

00:01:59
La moitié des fonds alloués par Paris proviennent du plan européen de 750 milliards d'euros adopté en juillet par les 27 et puis quand au rythme du plan français et bien il va s'étaler sur 3 ans avec l'espoir dans retour à la normale dès 2022 et cette fois son exécution sur à surveiller comme le lait sur le feu par un comité comité interministériel qui se retrouvera tous les mois autour de gens qui a un comité qui sera prends à rectifier le tir aux besoins promettre Matignon la les solutions mise en place passe surtout par un soutien aux entreprises à l'investissement sont-elles adaptées Dominique alors la plupart des économistes français approuve l'architecture général de ce deuxième acte du plan de sauvetage le premier, ça a été le soutien en ménage avec les mesures de chômage partiel qui ont permis aux Français de conserver leur pouvoir d'achat, il est temps maintenant de redonner du souffle aux entreprises en finançant un gros effort pour favoriser le retour au travail et en soutenant l'investissement sur le long terme.

00:02:59
Pour préparer la France à l'horizon 2030, c'est l'ambition afficher par les services du Premier ministre sur l'emploi Jean Castex viens de promettre 160000 emploi dès 2022 sur le long terme, il faut bien comprendre que je plan s'inscrit dans la durée en privilégiant la transition écologique la compétitivité des entreprises mais c'est vrai, on est encore très loin d'un plan de rupture stratégie comme a pu l'être le New Deal après la crise de 29 ou le plan Marshall après la Seconde Guerre mondiale. Enfin, il y a des inconnus qui peuvent compromettre sa mise en œuvre d'abord une avalanche de faillite dans les prochains mois qui pourrait dramatiquement compliqué la situation, c'est un vrai risque pour la France et aussi une recrudescence du covit néfaste à l'activité et encore plus à la confiance des consommateurs et des décideurs la confiance et en l'ingrédient indispensable pour faire marcher l'économie Dominique Bayard pour aujourd'hui l'économie. Merci.

00:00:00
Translate the current page