Aujourd'hui l'économie - Aujourd'hui l'économie - Coronavirus: au Kenya, le tourisme est à la peine

Lions, éléphants, safaris, des mots qui résonnent dès qu’on évoque le Kenya et son tourisme. C'est de fait l'un des plus visités d’Afrique et le secteur est crucial pour son économie. Sauf que l’épidémie de Covid-19 et les restrictions prises par le gouvernement ont violemment frappé l’activité. Fin mars, toutes les liaisons aériennes internationales ont été mises à l’arrêt. Nairobi et plusieurs régions ont été placés en confinement partiel pendant plusieurs mois, sans compter l’instauration d’u

  • Play Speed:
Content Keywords: tourisme
00:00:00
un Ranger se fait filmer dans son 4 4 en train de décrire un groupe de Lyon allongé au bord de la route le m'organise un safari virtuel dans la des parcs du Kenya, c'est l'une des initiatives du gouvernement du tourisme directrice générale du Kenya Kenya en direct pour que ça donne aux gens un avant-goût de ce qui les attend ici une fois que la prendras l'initiative parmi d'autres pour tenter de sauver un tourisme en pleine souffrance vitale pour l'économie, elle représente 10 % du PIB sauf que le coronavirus à fermer une grande partie des infrastructures à l'intérieur du parc national de Nairobi l'hôtel est ma Coco a perdu 90 % de son activité, l'établissement parvient néanmoins rester ouvert en comptant sur la clientèle installé dans la capitale Anthony Charles, le directeur a certains contrats et nous allons finalement de voir licencié, tout le monde pourrait embaucher les gens mais avec un statut temporaire, on applique toutes les mesures d'hygiène recommandé, on va

00:00:59
Ouvre-moi après moi car on ne voit pas encore la fin de cette prise dans le périmètre de la ville à cause du confinement beaucoup de trier se rendre régulièrement au parc national pour ça c'est le cas d'Édouard s'installer au Kenya depuis 5 ans et de nationalité belge c'est un pays qui est fabuleux, il y a une variété de paysages incroyables au rêverais de pouvoir sortir de Nairobi des finalement aussi un peu aider le tourisme parce que pour l'instant la seule réserve de clientes et les résidents de Nairobi essentiellement donc ça me touche beaucoup que les Kenyans qu'on connait bien se retrouve soit sans emploi soit avec en tout cas une grosse incertitude dans cet hôtel dans la banlieue de Nairobi une employée masque et les gants tu es pas sympa par la fenêtre établissement compte 90 lits seul 4 chambres sont occupées pour rassurer le peu de clients potentiels. Le directeur a donc installer une chambre d'isolement où les cas suspect pourrait être installé, nous avons des gens malades ou des étrangers. Nous pouvons facilement les mettre en quarantaine dans l'hôtel comme ça et c'est personne ne sont pas malade, elle pourrons repartir.

00:01:59
Proche saison des symptômes elles peuvent être transféré dans un hôpital car ce pays a beaucoup plus de tel que d'hôpitaux conscient du danger pour son économie. Le gouvernement fait ce qu'il peut pour soutenir le secteur club de plusieurs millions moratoire sur les impôts baisse du prix d'entrée des parcs font partie des mesures annoncées le ministre du Tourisme Najim. Bah là, on a même appelé à la conscience de chaque, c'est à nous dire au lieu d'attendre les touristes aux étrangers, ils ne reviendront pas tout de suite. Alors nous devons nous mobiliser voyager dans le pays pour soutenir les collègues au lait kashira et guy de Massa et depuis 16 ans pour survivre lui et ses collègues ont dû trouver des posters native beaucoup d'employés sont rentrés dans leur village pour cultiver leur champ et tenter de vendre des légumes au marché parce qu'ils ne peuvent plus nourrir leur famille, ils n'ont pas le choix. Je suis aussi inquiet parce qu'on craint le retour du braconnage car la seule solution, c'est de se tourner vers le marché noir, c'est une très sérieuse durable.

00:02:59
Professionnel du secteur on est ainsi pris conscience de la fragilité de leur modèle Agnès mot quoi directrice générale de l'association des agences de voyages. Pense à l'après covid-19 19 a montré que nous est dépendant du voyage international, on s'est aperçu que nous n'avions pas assez détendu la demande au sein même de l'Afrique en voyant, ça comme une opportunité de croissance internationaux et potentiel retour des touristes au Kenya. Cela prendra des années pour que le secteur se remettre sans compter que le coronavirus est toujours dans le pays.

00:00:00
Translate the current page