Aujourd'hui l'économie - Aujourd'hui l'économie - Métiers du Covid-19: Portrait de saisonniers agricoles en Italie

Ce sont des métiers souvent mésestimés et pourtant primordiaux, la pandémie de Covid-19, les a mis en lumière. Indispensables, ces travailleurs n'ont pas pu se mettre en télétravail et encore moins en chômage partiel en attendant que l'orage passe. Nous vous proposons tout au long de la semaine des portraits de ces derniers de cordée, mais premiers de corvée. Parmi eux les saisonniers agricoles. La fermeture des frontières et autres mesures sanitaires ont provoqué une pénurie de main d'oeuvre

  • Play Speed:
Content Keywords: agriculture entreprise Maroc Italie atelier nettoyage emballage légumes chicorées menu fois Mountassir Fratelli Candy Béni Mellal
00:00:00
Il a toujours travaillé dans l'agriculture, elle très peu malade Mountassir et il a bien qui travaille dans l'atelier de nettoyage et d'emballage des légumes de l'entreprise Fratelli Candy, c'est où que tu ne te redemande éteins les chicorées au menu ce jour-là Mohamed originaire de Béni Mellal au Maroc est arrivé pour la première fois, il y a près de 20 ans en Italie. Je suis arrivé comme les autres clandestin sans papiers sans rien par la mer dans une barque et avec la grande régularisation de 2002, j'ai eu mes papiers et cela fait 12 ans que je travaille dans cette reprise. Je suis cariste magasinier l'agriculture, il ne l'a pas découverte dans la botte au Maroc. Sa famille travaille aussi la terre luzerne betterave au grenade, il rejoint d'ailleurs en hiver pendant la période creuse en Italie, il ne se voit pas changer de métier, ça me plaît comme ça voilà 20 ans que je fais ça une vie à travailler de cette manière.

00:01:00
Ce n'est pas vraiment si dur il faut un peu de patience. Oui les premiers jours pour ceux qui ne sont pas habitué, c'est dur mais après une semaine ça va mieux mon ami Pierrot par chaque automne au Maroc et reviens en début mai dans le centre de l'Italie sauf cette année où il a dû attendre le vol charter à côté par une association patronale, elle a un peu plus de 40 ans. Il aspire a changé son organisation famille, je devrais venir ici pour qu'il soit près de moi, c'est un problème quand ils sont loin. J'ai 2 enfants une fille de 8 ans et un petit garçon de 4 ans et puis il y a ma femme, je dois parler à la famille pour les faire venir ici, c'est mieux. Je l'envisage pour l'année prochaine au plus tard mais ce n'est pas complètement seul dans le foot chinos italien, il a appris comme ça en parlant avec des amis et ses frères travaillent dans la région eu aussi dans l'agriculture aussi.

00:02:00
Tradition familiale au contraire pour nella Bianchi plutôt nouvelles dans le secteur après une expérience dans sa jeunesse et lui a fait son retour mais mais je veux un autre travail qui malheureusement avec la covit n'est plus gérable. J'étais travailleuse indépendante et je vendais du café et d'autres produits en porte-à-porte alors imaginé avec le confinement ce n'était pas possible alors on s'adapte à l'entreprise auprès du travail. J'ai accepté que la 49 ans un peu trop façon vous elle s'est bien adapté, ce n'est pas difficile disons que c'est plus manuel car après on regarde on apprend et quand on a plus de travail tout seul. Je pense rester sans que c'est possible mais toujours à droite à venir. J'en ai marre. Je pense rester jusqu'à la retraite.

00:02:58
Je pense que ce métier c'est l'avenir parce que des ingénieurs les matins, il y en a plein, il n'y a pas de travail. J'ai fait des études des études de comptabilité avec des mentions en droit et en économie ma le moment, je n'ai jamais trouvé de travail dans mon dos alors qu'on celle de 6h à 14h tous ses proches ne serai pas prêt à le faire. Il le voit comme un travail pénible mais pas moi, c'est un travail comme un autre tout ce qu'ils ont fait une incursion dans le secteur agricole pendant la crise sanitaire ne se sont pas laissé convaincre.

00:00:00
Translate the current page