Aujourd'hui l'économie - Aujourd'hui l'économie - Métiers du Covid-19: Julien, chauffeur et porteur funéraire

En France, durant la pandémie et le confinement, certains travailleurs ont assuré la continuité des services dans l'Hexagone, parmi eux : les croque-morts, appelés aujourd'hui assistants funéraires. Ils ont fait partie des professions les plus exposées. Au plus fort de la crise, il n'y avait plus de place dans les funérariums. Sur ordre du préfet de Paris, les chambres froides alimentaires des marchés de Rungis et de Vissoux ont été réquisitionnées afin de conserver les défunts en attente d'inhu

  • Play Speed:
Content Keywords: Julien métier croque-mort métier effet branches assistant mise en bière
00:00:00
Bonjour Julien. Bonjour à vous si je dis que vous êtes un croque-mort métier en effet, on est des assistant funéraire mais il y a plusieurs branches. En fait ce métier et le mien en particulier, c'est d'être chauffeur porteur, c'est-à-dire que je m'occupe de faire tout ce qui est cérémonie dans les églises. Bon, il y a une mise en bière inhumation et cetera est-ce que quand vous étiez plus jeune vous aviez imaginez-vous destiné à cette profession non pas du tout, je regardais Lucky Luke quand j'étais petit. Je voyais le croque-mort. Elle me disait non c'est pas possible. C'est un métier que on n'a pas du tout envie de faire envoyer mais contrairement à ce que les gens pensent nous ne sommes pas du tout des gens lugubre, nous sommes des gens qui comme tout le monde est mon fer à fait pas un peu un sentiment de dédoublement la effectivement, vous avez réglementaire. Vous avez le costume gris la chemise blanche, la cravate gris foncé la petite pochette blanche le soir quand vous rentrez chez vous vous changer de peau et bien.

00:01:00
Je dépose délicatement mon costume pour ne pas te froisser et voilà sur un cintre, c'est une partie de moi que je ne renie pas. J'ai une mission qui est importante au sein de la société, j'imagine simple donc au même titre qu'un pompier qui sauve des vies une infirmière qui va s'occuper de malade et ben moi je m'occupe de tout dernier instant des défunts tout simplement.

00:01:25
Julien rejoint cette profession après avoir lui-même perdu un être cher le soutien des services funéraires la profondément marqué et à son tour il a voulu aider les familles dans le chagrin et la détresse pour lui, c'est un engagement c'est important pour nous par respect de pouvoir rendre le plus bel hommage qui soit voilà pour les familles. Tu puisses être apaisé et commencer leur deuil, c'est de l'empathie mais faut si nous travaillons avec la mort tous les jours mais parfois, je vous garantis que ce n'est pas facile parce que vous avez des cérémonies qui sont tellement poignante des hommages qui sont tellement beau que il peut nous arriver d'avoir envie de pleurer mais sauf que il faut rester professionnel et il faut rien montré, c'est plus facile de prendre du recul dans quelques années sont passées et puis il y a eu la pandémie et son cortège de mort un moment inédit d'une intensité extrême pour Julien. On a applaudi le personnel soignant mais oublié les services funéraires un peu vu comme des chats noirs.

00:02:25
à part la population alors les infirmières par exemple les pompiers sont vraiment mise en avant nous absolument pas mais c'est aussi parce que notre métier est assez méconnu finalement et que la mort en France reste un tabou il y a beaucoup de gens qui sont venus vers nous et qui nous ont dit écoutez je ne pourrai pas faire votre métier mais merci du fond du cœur de ce que vous faites ça nous a beaucoup touché d'ailleurs

00:02:50
Si le covit a été éprouvante, c'est que logiquement il n'en demeure pas moins que sa profession le conduit souvent à des situations chaud quand il est arrivé que je rentre dans des domicile ou j'ai trouvé des défunts qui est en état de composition avancé depuis 3,4 mois, je suis rentré dans les appartements ou des gens c'était une balle dans la tête ou j'ai ramassé des gens qui s'était suicidé sous le RER par exemple dans ce cas-là, faut se dire voilà, ça fait partie des choses de la vie. La réalité, elle est celle-ci dans la vie. Il y a des choses merveilleuses mais aussi des choses tragique et nous on s'occupe du côté tragique un beau métier un beau métier. Je ne sais pas en tout cas un angle métier ça j'en suis sûr.

00:00:00
Translate the current page